Catering Deneuve

bloglovin mini catering deneuve

Où est la viande ?

Je ne sais pas exactement comment ça s’est passé, mais nous ne mangeons presque plus de viande à la maison. C’est bête, mais ça me rend heureuse de savoir que je ne mange pas un animal tous les jours. Pas parce que je n’aime plus ça, mais plus parce qu’on a appris à s’en passer et à cuisiner les céréales et les légumes au quotidien. Et c’est, en partie, grâce à des gens comme Yotam Ottolenghi, Alice Hart et surtout Heidi Swanson - qui est, pour moi, la déesse du bio végétarien.

En voici un exemple avec notre repas d’hier fait, avec ses recettes, en moins d’une demie heure et avec des fonds de placard : salade de chou rouge tiède et tofu caramélisé, une tuerie vraiment.

NB : je n’avais plus de feta et de raisins secs pour la salade, j’ai mis du chèvre frais et des abricots. Ca marchait très bien…

* * *

Where’s the meat ?

I don’t know how exactly it happened but we don’t eat so much meat anymore at home. It’s silly but I feel happy not to kill an animal a day to feed myself. Not because I don’t like meat anymore, but because we’ve learned to skip it and to cook cereals and vegetables on a daily basis. All this, mostly, with the help of people like Yotam Ottolenghi, Alice Hart and even more Heidi Swanson - who is, to me, the goddess of all things organic & veggie. 

Here is an example with our yesterday meal done with her recipes, in less than half an hour and with anything was left in the fridge : warm red cabbage salad and caramelized tofu, a true delight. 

NB : I didn’t have feta and raisins for the salad, so I’ve switch to fresh goat’s cheese and apricots. Worked just fine…

Panzanella fall/winter 2011

Grande année pour la citrouille et ses amies les courges.

J’ai enfin sauté le pas et m’en suis servi à gogo, exploitant les diverses variétés et façons de cuisiner. On peut faire plein de choses avec des courges, des soupes et des purées bien sûr, mais pas seulement - ce qu’on a tendance à oublier en France. Heureusement, à la faveur d’Halloween, Thanksgiving et autres fêtes américaines, les blogs culinaires regorgeaient de recettes en tous genres et j’ai donc pu tenter, entre autres, un délicieux hoummous à la courge butternut et tahini, un fantastique pain d’épices à la citrouille et cette salade.

En fait, cette salade est une invention, inspirée d’une autre recette dont je n’arrive plus à me rappeler ni la source ni la teneur, mais qui était moins bonne. Je fais ma petite maligne parce qu’en la transformant un peu, je l’ai nettement améliorée. Vous pouvez désormais m’appeler la reine du potiron.

ps : cette recette fait, elle aussi, partie du dîner végétarien servi aux garçons. Et une panzanella est une salade d’été à base de pain, tomates, oignons, basilic - ici, je ne garde que le pain mais vous pouvez aussi rajouter un peu d’oignon rouge émincé pour la couleur et la force. 

Pumpkin panzanella

PANZANELLA AU POTIRON, ROQUETTE, CRESSON, CHATAIGNES & STILTON

Pour 2 à 4 personnes

  • 1/8 à 1/4 de potiron (vous savez, les morceaux vendus chez le primeur en général)
  • 1 cuillère à café de cumin en poudre
  • 1 cuillère à café de cannelle en poudre
  • 1 cuillère à café de cumin entier
  • 200 g de châtaignes déjà cuites
  • Une poignée de graines de courge
  • 2 clémentines
  • 1 citron
  • 2 gousses d’ail
  • huile d’olive
  • sel & poivre
  • Deux bonnes poignées de roquette
  • Du cresson (le mien était du “Sakura Cress” - pas par snobisme, c’est le seul que j’ai pu trouver)
  • Un morceau de stilton
  • Quelques tranches de pain de campagne
  • Un peu de persil plat

matériel : une planche à découper, un bon couteau, un bol, un mortier, du papier sulfurisé, une plaque, une poêle, un presse-citron, un presse ail, un pinceau.

Préchauffez le four à 200 °C. Commencez par découpez le potiron en gros cubes en prenant soin de retirer la peau. Mettez les cubes dans un bol, arrosez d’environ une cuillère à soupe d’huile d’olive, d’une pincée de sel, d’un peu de poivre, puis ajoutez le cumin et la cannelle en poudre. Remuez bien pour que les morceaux soient bien recouverts du mélange d’épices. Placez sur votre plaque recouverte de papier sulfurisé et saupoudrez du cumin entier, préalablement écrasé au mortier. Enfournez pour (au moins) 40 minutes.

Pendant que le potiron cuit, vous avez tout le temps de préparez le reste. Dans une poêle, faites revenir les châtaignes et les graines de courge jusqu’à ce qu’elles colorent un peu. vous pouvez éclater quelques châtaignes, il n’est pas nécessaire qu’elles restent toutes entières. Réservez.

Pour l’assaisonnement, pressez les clémentines et le citron. Mélangez les deux jus avec la même quantité d’huile d’olive, une gousse d’ail écrasée, du sel et du poivre. Remuez bien et vérifiez au goût si cela vous convient (vous pouvez rajouter un peu d’huile d’olive si c’est trop acide). Réservez également.

Si cela n’est pas déjà fait, rincez et séchez la roquette et le cresson.

Lorsque le potiron est cuit, sortez-le du four et laissez un peu refroidir. Pendant ce temps-là, allumez la position grill et coupez quelques tranches de pain de campagne (2 à 4 environ). Huilez légèrement, au pinceau, chaque tranche des deux côtés et mettre à toaster au four. Retournez les tranches pour que les deux côtés soient joliment dorés. Sortez (attention, c’est chaud !) et frottez chaque face avec l’autre gousse d’ail. Découpez ensuite en gros dès.

Dressez : déposez d’abord au centre du plat la roquette et le cresson, puis les morceaux de potiron, saupoudrez de châtaignes et de graines de courges grillées, puis de vos croûtons. Emiettez un peu de stilton sur le tout. Arrosez à votre guise de vinaigrette à la clémentine et rajoutez quelques feuilles de persil plat pour la touche finale.

Pumplin panzanella

* * * 

Big year for pumpkin and its squash friends.

I’ve tried it and used it a lot, exploring the differents species and ways to cook. One can make plenty of dishes with pumpkins & squashes, soups and mashes for sure, but not only - we tend to forget this in France. Luckily, with Halloween, Thanksgiving and other americans fiestas, food blogs were burgeoning with all kinds of recipes and I’ve tested, among others, a delicious butternut squash & tahini hummus, a fantastic spiced pumpkin loaf and this salad. 

Actually, this salad is an invention, based on another recipe from who know where (can’t remember) but not that tasty anyway. I try to be clever here because I really improved it by changing it. You may call me queen of pumpkin now.

ps : this recipe is also a part of the vegetarian dinner with the boys. And a panzanella is a summer salad based on bread, tomatoes, onions, basil - here, I only kept the bread but you can also add some red onion for its strength and color. 

 Pumpkin panzanella

WINTER PANZANELLA WITH PUMPKIN, ROCKET, CRESS, CHESTNUTS & STILTON 

Serves 2 to 4 persons

  • 1/8 to 1/4 pumpkin (in France, this is what is sold in shops most of the time anyway - never the whole thing)
  • 1 teaspoon powdered cumin 
  • 1 teaspoon powdered cinnamon
  • 1 teaspoon grains of cumin
  • 200 g pre-cooked chestnuts
  • A handfull of pumpkin seeds 
  • 2 clementines
  • 1 lemon
  • 2 garlic cloves
  • olive oil
  • salt & pepper
  • Two handfull of rocket 
  • Some cress (mine was “Sakura Cress” - not because I’m super posh but because it was the only one available)
  • A nice piece of stilton 
  • A few country bread thick slices
  • A little flat parsley 

you’ll need : a cutting board, a good knife, a bowl, a peste & mortar, some parchment paper, a baking tray, a pan, a lemon squeezer, a garlic crusher, a brush. 

Heat the oven to 200 °C.

Start by cutting the pumpkin in cubes (big bitesized ones) - making sure it’s peeled too. Put them in a bowl with a tablespoon of olive oil, a punch of salt, some pepper, then add powdered cumin and cinnamon. Mix so every cube is covered with the spices. Place on a baking tray covered with parchment paper and sprinkle with grains of cumin, crushed with the pestle & mortar before. Put into the oven for (at least) 40 minutes. 

While the pumpkin is cooking, you have plenty of time to prepare the rest. In a pan, brown lightly the chestnuts with the pumpkin seeds. You can crush some of the chestnuts, they don’t have to be all perfectly round. Set aside.

For the dressing, press the clementines and lemon. Mix both of the juices with the same quantity of olive oil, a crushed garlic clive, some salt & pepper. Mix well and taste to make sure it satisfies you (you can add more olive oil if too sour). Set aside. 

If it’s not already done, rinse and pat dry rocket and cress. 

Once the pumpkin is cooked, let it cool a bit outside the oven. Meanwhile, put the grill on and cut some slices of country bread (2 to 4). Using your brush, oil them lightly on both sides and put in the oven to toast. Turn the bread slices halfway so they are beautifully golden everywhere. Take them out (carefully, it’s hot !) and rub each side with the other garlic clove. Then cut the slices in big dices. 

For serving : in the center of the dish, drop first the rocker and cress, then the pumpkin cubes, sprinkle with toasted chestnuts & pumpkin seeds, then your croutons. Crumble some stilton over it. Pour some clementine dressing as much as you like it and add a few parsley leaves for a green final touch. 

Winter panzanella

I heart chiogga

La chiogga, pour moi, c’est comme le caviar : un plaisir rare.

Une betterave chiogga, c’est une pure beauté de la nature comme peuvent l’être les choux romanesco, un truc qui pourrait figurer dans un musée ou une anthologie du design. J’en avais déjà vu dans les magazines et livres de cuisine, mais j’étais incapable d’en trouver. Et là, ô miracle, ils en vendaient au Monoprix ! Comme ça, quoi, des chioggas au Monop’ - le choc pour moi.

J’en ai donc acheté plein et me suis retrouvé à me demander comment les cuisiner, vu que mon chéri n’aime pas du tout la betterave. J’ai donc opté pour une version crue puisqu’en France, en général, on vous vend les betteraves déjà cuites (voir même trop cuites) et qu’une chiogga, ça se respecte - surtout avec ses sublimes couleurs. Que Dieu bénisse la mandoline…

ps : cette recette fait partie du dîner végétarien avec les garçons, mais j’ai dû la refaire pour prendre une photo un peu plus correcte :)

Red Carpaccio

RED CARPACCIO (BETTERAVE CHIOGGA, CHOU ROUGE, POMME)

Pour 4 à 6 personnes

  • 3 betteraves chiogga
  • un peu de chou rouge (à peu près 1/8 d’un chou rouge entier)
  • 1 pomme rouge
  • 1/2 oignon rouge
  • un peu de jus de citron
  • un peu de coriandre fraîche
  • de la moutarde à l’ancienne en grains
  • sel & poivre
  • vinaigre de vin rouge
  • huile d’olive

matériel : une mandoline, une planche à découper, un bon couteau.

Pelez les betteraves puis, à l’aide de la mandoline réglée très fin, coupez les en magnifiques rondelles. Vous pouvez pleurer d’émotion ou vous extasier à chaque rondelle, c’est normal, c’est tellement beau. Il faut que les rondelles, je le répète soient fines - mais essayez de les garder entières parce que c’est tout de même plus joli.

Découpez le chou rouge en très fines lamelles aussi puis recoupez ces lamelles en petits bouts.

Tranchez la pomme en rondelles très fines puis ces rondelles en petites allumettes.

Coupez l’oignon rouge en tous petits dés.

Disposez le tout dans un joli plat, de manière esthétique (je vous fais confiance), puis arrosez d’un peu de jus de citron et saupoudrez de feuilles de coriandre fraîche.

Préparez la vinaigrette avec une bonne cuillère à café de moutarde à l’ancienne, du sel et du poivre, une cuillère à soupe de vinaigre de vin rouge et 2 à 3 cuillères à soupe d’huile d’olive. Mélangez bien. Vous pouvez aisément doubler ces quantités si, comme moi, vous avez toujours peur de ne pas avoir assez de vinaigrette. Il faut que cette vinaigrette soit plus acide/forte qu’huileuse, c’est important.

Versez en à votre goût sur le carpaccio et laissez mariner 5 minutes avant de servir à table.

red carpaccio

* * *

Chiogga beetroots is caviar to me : a rare pleasure.

A chiogga beetroot is a true beauty from Mother Nature as romanesco cabbages can be too, the kind of one that would fit in a muséum or a design book. I’ve actually seen some in magazines & cook books, but never was able to find some. And, kaboom, here they were, in the supermarket next door ! Just like that, chiogga beetroots lost in my supermarket - I was under shock.

I’ve bought a lot of them and started to consider how to cook them, knowing my boyfriend hates beetroots. I thought raw would be the best option as in France, they tend to sell beetroots already cooked (even overcooked) and as a chiogga needs to be treated like a princess - with a wonderful pink stripes dress. God bless mandoline… 

ps : this recipe is part of the vegetarian dinner with the boys, but I had to redo it to take better pictures :)

red carpaccio

RED CARPACCIO (CHIOGGA BEETROOT, RED CABBAGE, APPLE)

Serves 4 to 6 persons

  • 3 chiogga beetroots
  • some red cabbage (approximatively 1/8 of a whole red cabbage)
  • 1 red apple
  • 1/2 red onion
  • a little lemon juice
  • some fresh cilantro
  • grain mustard
  • salt & pepper
  • red wine vinegar
  • olive oil

you’ll need : a mandoline, a cutting board, a nice knife.

Peel the beetroots then, with your mandoline set onto very thin, slice them. You can cry of happiness or say “oooh-aaah” at every slice, it’s normal, it’s so beautiful. The slices, I repeat, must be thin but try to keep them round and perfect, it’s even more beautiful.

Slice the red cabbage thinly too then cut again in small dices. 

Slice the apple thinly then these slices in little matchsticks.

Dice the onion thinly.

Arrange everything nicely in the serving dish (I trust you) then spray with a bit of lemon juice and some cilantro leaves.

Make the dressing with a nice teaspoon of grain mustard, salt & pepper, a tablespoon of red wine vinegar and 2 to 3 tablespoons of olive oil. Mix well. You can easily double the quantity if, like me, you’re always scared of not having enough dressing. This vinaigrette has to be more on the acid/strong side than the oily one, it’s important.  

Pour some over the carpaccio and let it marinate 5 minutes before serving. 

red carpaccio

Hier soir, nous avons reçu les garçons à la maison…

C’est devenu un rituel que j’adore : les garçons et nous faisons d’hilarants et d’excellents dîners végétariens. On rit comme des fous en commentant les pires programmes que la télé a à nous offrir (là, c’était Miss France 2011), on mange bien et on boit bien. Tellement que du coup, les photos sont nulles parce qu’on n’arrive pas à faire le focus ni à trouver un bon éclairage (cf. le shooting ci-dessous). C’est malin, ça.

Voici le menu d’hier avec plein de plats complètement inventés et absolument délicieux (je suis très fière de moi, pour une fois) :

  • ceviche de dorade à la mangue et au shiso
  • carpaccio rouge (betterave chiogga, chou rouge & pomme)
  • galettes de carottes jaunes au cerfeuil
  • panzanella citrouille, châtaignes, roquette, cresson et stilton

Les recettes arrivent très vite. Quel teasing..!

ps : voici l’un des garçons, Adam Love.

* * *

Yesterday, we hosted a dinner at home with the boys… 

It became a ritual that I love : the boys & us having the most delicious and hilarious vegeterian dinners together. We laugh our asses off commenting the worst programs TV has to offer (here, it was Miss France 2011), we eat lots and drink much. Too much apparently as we can’t even take proper pictures with a good focus and correct lightning (see how it was actually done on the below pic). Silly, I know, but funny anyway.

F taking food pics on a drunk night

This is the menu I cooked yesterday with lots of completly invented dishes which also happened to be absolutely delicious (I am proud of me, for once) : 

  • sea bream ceviche with mango & shiso
  • red carpaccio (chiogga beetroot, red cabbage, apple)
  • yellow carrots & chervil fritters
  • pumpkin panzanella with chestnut, cress, rocket & stilton

Recipes to come very soon. What a teasing !

ps : this is one of the boys, Adam Love.

Wyne Veen for Humphry Slocombe.

Wyne Veen for Humphry Slocombe.

Green with envy

À la demande générale (et puisque j’en ai refais récemment), la recette des mini-cakes matcha-chocolat blanc-noisettes.

Une Japonaise à Paris

C’est une recette légèrement adaptée du livre Une Japonaise à Paris de Kaori Endo, une jeune chef japonaise (ô surprise) installée à Paris (ô étonnement). La première fois que j’ai entendu parler d’elle, elle nourrissait les gens avec des légumes récupérés sur la fermeture des marchés, des légumes dont personne ne voulait qu’elle arrivait à sublimer pour la cantine des Frigos, squat artistique historique du XIIIème arrondissement parisien. Elle a ensuite bossé chez Rose Bakery, un héritage que l’on ressent énormément lorsqu’on va dans ses propres restaurants, les Nanashi.

Dans la recette originale, elle fait un gros cake qui cuit au moins 50 minutes : comme j’en ai fait des petits cakes individuels, plus faciles à grignoter et idéaux pour accompagner le thé ou le café, la cuisson est bien plus courte. D’ailleurs, n’hésitez pas à sous-cuire, la pâte est tellement bonne quand elle reste un peu humide… Et normalement, Kaori met des framboises avec le chocolat blanc pour une pointe d’acidité et de couleur. Rien ne vous empêche de le faire, mais personnellement j’adore le côté douceur + croquant des noisettes. De toute façon, c’est une recette parfaite pour improviser (avec du chocolat noir, des zestes, des fruits secs, etc…) et vous régaler !

Mini matcha cakes

Mini matcha cakes

MINI-CAKES MATCHA, CHOCOLAT BLANC & NOISETTES

  • 200 g. de beurre doux ramolli
  • 180 g. de sucre semoule
  • 3 oeufs
  • 200 g. de farine
  • 1 cuillère à café de levure chimique
  • 2 cuillères à soupe de matcha culinaire
  • 3 cuillères à soupe de lait
  • une tablette de chocolat blanc aux noisettes

matériel : un mixeur, un grand bol, un tamis, une spatule, un moule à mini-cakes en silicone.

Préchauffez le four à 160°C.

Dans le bol du batteur, mélangez le beurre avec le sucre jusqu’à ce que le mélange blanchisse. Ajoutez les oeufs un à un en mélangeant bien à chaque fois.

Dans le grand bol, mélangez la farine, la levure et le matcha. Incorporez-en la moitié aux oeufs battus à travers un tamis et mélangez à la spatule.

Versez le lait puis ajoutez le reste de farine-levure-matcha tamisée. Mélangez bien.

Ajoutez enfin la tablette de chocolat blanc-noisettes coupée en petits morceaux. Mélangez à nouveau. 

Versez ce mélange dans les moules à l’aide d’une grosse cuillère. Lissez bien et enfourner pour 15 minutes environ - à partir de ce temps-là, surveillez bien la cuisson et faites le test du cure-dent, les gâteaux doivent rester bien verts, un peu dorés sur les bords, mais surtout pas trop cuits.

Attendez quelques minutes avant de démouler. Saupoudrez de sucre glace pour faire joli…

* * *

Back by dope demand (and because I baked some recently),  the mini matcha cakes with white chocolate and nuts’ recipe. 

It’s a slightly adapted recipe from Kaori Endo’s cookbook, Une Japonaise à Paris. Kaori is a young japanese chef set in Paris since a few years now. The first time I’ve heard of her was a long time ago ; she was feeding people with vegetables she found at the closings of open markets, vegetables no one ever wanted because almost rotten, turning them into feasts for Les Frigos, a historic artistic parisian squat. She then worked at Rose Bakery, a legacy you can really feel and taste in her own restaurants now, Nanashi

The original recipe is for a big cake that cooks at least 50 minutes : as I did mini-cakes, more bite-size and perfect for coffee or tea time, the baking time is way shooter. Actually, do not hesitate to underbake as the batter is delicious when still moist… Normally, Kaori throws in a few raspberries for a bit of color and acidity, but I love the softness + crunchiness of nuts instead. Anyway, it’s a perfect recipe for improvisation (with dark chocolate, zests, dry fruits and such…) and for relish-ion ! 

Mini matcha cakes

Mini matcha cakes

MINI MATCHA CAKES WITH WHITE CHOCOLATE BLANC & NUTS

  • 200 g. soften unsalted butter
  • 180 g. sugar
  • 3 eggs
  • 200 g. flour
  • 1 tsp baking powder
  • 2 tbsp powdered matcha
  • 3 tbsp milk
  • 200 g. white chocolate with nuts

you’ll need : a mixeur, a large bowl, a sieve, a spatula, a silicon mini-cakes mold.

Preheat the oven to 160°C.

Mix the butter with the sugar in the mixer until it becomes white. Add eggs one by one, mixing evenly every time. 

In the large bowl, mix the flour, baking powder and matcha. Add half of this flour mix to the egg mix through a sieve. Mix with the spatula. 

Pour in the milk and add the other half of the sieved flour mix. Mix evenly. 

At last, add the white chocolate and nuts cut into small pieces. Mix again.

Put this mixture into the mold with a tablespoon. Smooth it and put in the oven for at least 15 minutes - after this time, watch the cakes carefully and do the pick test, they have to stay green, lightly golden on the edges, but not overcooked. 

Wait a few minutes before unmolding. Sprinkle with icing sugar to make it even prettier…

 

Un montage de l’annonce de l’ingrédient secret dans l’émission américaine Iron Chef. Et moi qui pensais qu’ils en faisaient déjà un peu trop dans MasterChef

* * * 

A supercut edit of the secret ingredient announcement on TV show Iron Chef. And I though French TV cooking contests were already over-acted…  

via oliveargyle

(Source: supercut.org)

Halloween !

Halloween table

Un dîner presque flippant… Bien qu’assez minimal et de dernière minute. Ca va vous paraître fou mais nous n’étions que deux à fêter Halloween à la maison - trois si on compte cette redoutable bête qu’est notre chat. Si vous suivez ce blog régulièrement (ou que vous me connaissez), vous constaterez que c’est la première fois depuis le décès de mon papa que j’ai pu re-“plaisanter” avec la mort. Et ça, ça compte beaucoup pour moi. Je crois que lorsque j’ai allumé ma (petite) Jack O’Lantern, j’ai retrouvé un peu de sérénité, un certain sens de l’humour et une partie de mon âme d’enfant. D’où les intitulés ridicules que j’aimerais effrayants…

* * *

A quite spooky dinner… Even though quite minimal and last minute made. It might sound a bit stupid but we were only two celebrating Halloween at home - three including that terrible beast of ours, TiTi the cat. If you’re a returning reader (or if you do know me), you’ll realize that it’s the first time since my daddy’s death that I can actually “have fun” with death. It means a lot to me. When I lit up my (little) Jack O’Lantern, I felt I’ve found back some serenity, a certain sense of humor and a part of my children’s soul. You can guess it by the ridiculously scary names I gave to those recipes… 

Coeur saignant & mains de singes

coeur saignant et mains de singes

coeur saignant et mains de singes

COEUR SAIGNANT ET MAINS DE SINGES GRILLÉES

Le principe est simple : un plateau de fromages d’Halloween. Ca implique donc un code couleur en noir (raisins, figues, myrtilles, mûres) & orange (copeaux de mimolette vieille). J’ai également acheté un chèvre cendré qui, force est de le constater, est un fromage assez gothique puisque parfois orné de croix ésotérique ou en forme bizarre.

Le plus simple ici, c’est le coeur que, d’après ma légende, d’affreux petits singes auront arraché vivant - d’où les framboises écrasées pour signifier le sang. Dieu merci, il y a une justice puisque la vilaine sorcière (= moi) aura coupé les mains des macaques pour les faire griller dans le feu. Oui, je sais, je suis folle.

En l’occurrence, j’ai juste découpé à l’emporte-pièce du pumpernickel, fais chauffer mon grill, haché deux gousses d’ail que j’ai fait revenir dans 2 cuillères à soupe d’huile d’olive, rajouté du sel, badigeonné les petites mains avec ce mélange et j’ai fait grillé comme pour des toasts.

* * *

BLOODY HEART AND GRILLED MONKEYS’ HANDS

It goes like this : a Halloween cheese plate. We need a proper color code in black (grape, figs, blueberries, blackberries) & orange (aged dutch cheese). I also purchased an ashed goat’s cheese which is, you have to admit it, a rather gothic cheese, sometimes decorated with a medieval cross or coming into weird shapes. 

The easiest here was obviously the heart which, according to my own legend, was ripped out still beating by nasty little monkeys - that’s why I used crushed raspberries to figure bloooood… Thanks God, justice has come as the crazy witch (a.k.a. me) cut off the monkeys’ hands to make them grill. Yes, I know, I’m sick.

Actually, I just cut out some pumpernickel with a cookie cutter, turn on the broiler, heat two tbsp of olive oil with two minced garlic, add some salt, brush the whole onto the little hands and make them toast. 

yeux dans le formol

JE TE VOIS

N’ayez pas peur, ce n’est pas un vrai oeil. Mon mec a eu des doutes, d’autant que je lui en ai présenté plusieurs dans un bocal façon formol en riant de façon hystérique.

C’est tout simplement un lychee avec deux myrtilles dedans. Vous pouvez essayer avec des petits pois pour avoir des yeux verts, mais je ne garantis pas le goût. Pour l’aspect “cabinet de curiosités”, prenez un bocal et mettez-en plusieurs dedans avec le jus des litchis en boîte qui a, grosso modo, le même aspect vitreux que le formol… Déposez à table avec une cuillère ou une pince à glaçons afin que vos diaboliques invités égayent leurs cocktails en un clin d’oeil. 

* * *

I’M WATCHING YOU

Don’t be scared, it’s not a real eye. My boyfriend was doubtful though as I showed him in a jar, formalin-like, laughing hysterically. 

It’s only a lychee with two blueberries in. You could try with peas for green eye, but I’m not sure it would taste good. For the curiosity shop decorum, put some in a Mason jar with the tinned lychee syrup - it really looks as glassy as formalin… Put on the table with a spoon or, even better, ice tongs so your devilish guests can help themselves & brighten up theirs cocktails in a wink. 

cidre mortel

CIDRE MORTEL

Du cidre chauffé à feu doux avec deux pommes piquées aux clous de girofle, un bâton de cannelle et des zestes d’oranges - on peut rajouter du whisky dedans pour les grands… Tout l’intérêt réside dans la pomme, sculptée en tête de mort, flottant dans la soupière comme une ombre inquiétante à la surface.

* * *

DEADLY CIDER

Some cider heaten up with two apples dotted with cloves, a cinnamon stick and orange zests - you can add some whiskey for grown-ups… The point resides mostly in this apple, sculpted as a skull, floating in the tureen like a disturbing shadow on the surface.

skeletors

skeletors

SKELETORS

Prenez un marshmallow blanc et coupez-le en deux dans le sens de la hauteur. Sur la surface non collante, faites une entaille au 2/3 qui deviendra la bouche. Incisez trois petits points pour le nez et les yeux. A la pince à épiler, saisissez petites paillettes et confettis chocolatés pour faire les yeux et le nez, mais aussi les dents, la langue, etc…

Lorsque votre tête de mort est prête, collez-la (du côté collant, très logiquement) sur un petit gâteau glacé. Ici, ce sont des madeleines au chocolat pas hyper réussies, mais ça pourrait être un Pépito, ça marcherait quand même. L’essentiel, c’est que ça tienne - d’où la nécessité du glaçage. 

* * *

SKELETORS

Take a white marshmallow and halve it in height. On the non-sticky side, trim a sliver at the 2/3 to create a mouth. Poke three little holes for the nose and the eyes. With tweezers, grab some cake sprinkles for the eyes, nose or even teeth, tongue and such…  

When your skull is done, stick it (on the stick side that is) on a little glazed cake. Here, these were not so tasty chocolate madeleines, but it could be anything chocolate covered. The point here is a glazing so that the skull can stick on. 

enfants perdus

enfants perdus et salade de petits coeurs

LES ENFANTS PORTÉS DISPARUS, LEURS JEUNES COEURS EN SALADE

On ne peut pas faire plus simple : des tortillas découpées à l’emporte-pièce et toastées au four + une salsa de tomates-cerises/oignon rouge/piment rouge/coriandre/un peu de jus de citron vert/une pincée de sel. C’est comme dans certaines oeuvres d’art contemporain, tout est dans le titre.

* * *

MISSING CHILDREN, THEIR YOUNG HEARTS AS A SALAD

Super easy and quick : tortillas cut with a cookie cutter and lightly toasted in the oven + a cherry tomatoes salsa/red onion/red chill/cilantro/a little lime juice/a pinch of salt. It’s like certain contemporary art works, all in the title. 

bloody bouillon et lambeaux de chair

BOUILLON SANGUINOLENT ET SES LAMBEAUX DE CHAIR

Ca a l’air moche, mais c’est assez réussi (et angoissant) en vrai. Si on ne sait pas ce que c’est, on peut vraiment bad-triper.

C’est un bortsch végétarien filtré et agrémenté de bacon poêlé. J’aurais aimé y mettre des tranches de carpaccio de boeuf, mais impossible de mettre la main dessus dans mon épicerie le 1er novembre (parce que, fatalement, j’ai fait tout ça un jour férié, soit le lendemain d’Halloween)… Quoiqu’il en soit, ça marche bien avec le bacon.

* * *

BLOODY STOCK AND ITS SKIN FLAPS

It looks awful but it’s quite a success (a harrowing one) in real life. If you don’t know what’s in it, you might have a real bad-trip.

It’s a veggie bortsch, strained and liven up with stir-fried bacon. I would have loved beef carpaccio slices in it but it was impossible to find at my cornershop on the 1rst of November (because, fatefully, I did this all the day after Halloween, on a bank holiday)… Anyway, bacon worked just fine.

os déterrés

os déterrés

OS DÉTERRÉS

Faites une meringue avec 3 blancs d’oeufs + 3/4 tasse de sucre en poudre que vous battez jusqu’à ce que le mélange devienne mousseux. Rajoutez une pincée de sel + les grains d’une gousse de vanille + 1/8 de cuillère à café de crème de tartre (c’est un stabilisant qu’on peut trouver dans les épiceries américaines, chez WH Smith en face des livres de cuisine ou en pharmacie) et battez jusqu’à ce que la meringue forme des pics fermes - environ 7 minutes.

Préchauffez votre four à 100 °C. Glissez la meringue dans une poche à douille et tâchez de faire des petits os avec, sur une plaque couverte de papier sulfurisé. C’est pas si facile, vous allez voir..! Enfournez pendant 1 heure et demie en tournant la plaque à mi-temps. Éteindre le four mais laissez la plaque dedans 1/4 d’heure de plus, porte fermée. Enfin, laissez complètement refroidir 1 heure, porte entrouverte. Ca a l’air pénible comme ça, mais ça se fait assez facilement et c’est absolument nécessaire pour que vos meringues soient bien croustillantes et sèches.

Pour servir, déposez dans un plat ou une assiette avec de la terre (= des cookies au chocolat réduits en poudre au mixer).

* * *

BONES & DIRT

Do a meringue with 3 egg whites + 3/4 cup of sugar that you beat ‘til it becomes foamy. Add a punch of salt + vanilla scraps from a vanilla bean + 1/8 tsp cream of tartar and continue beating for 7 minutes at least, so the meringue forms peaks. 

Preheat oven to 100°C. Transfer meringue to a piping bag and try to do some nice little bones with it on a baking tray lined with parchment paper. It’s not that easy, you’ll see..! Put in the oven for 1 1/2 hour, turning the tray halfway through. Turn off the oven but leave the meringue in it for 15 minutes, door closed. At last, you can open the door but leave the meringue completely cool down for 1 hour. It sounds labored but is actually easily doable and is absolutely necessary for perfectly dry & crunchy meringues. 

To serve, place on a plate or a dish with the dirt (= chocolate cookies reduced to very thin crumbs in a blender).

Jack O'Lantern

photogenie

J’ai acheté un appareil photo qui rend tout magnifique.

Vexée par les rejets réguliers du site Tastespotting pour cause de mauvais éclairage ou sale composition, j’ai préféré m’en prendre à mon pauvre iPhone qui, s’il sait tout transformer en Polaroïd, ne prend pas super bien la lumière et rend mes plats pas super sexy. Plutôt que de me dire que “c’est bon, quoi, je ne suis pas styliste culinaire et je suis débutante en blog de bouffe”, je me suis dirigée vers la FNAC pour acheter un G12, piquée au vif et stimulée par le challenge photographique.

Et ben, sérieux, ça change tout. J’appuie sur le bouton de mon Canon, en mode automatique, et hop, c’est beau. Vous aurez donc désormais droit à du grand spectacle - même pour des touts petits plats. La preuve en images avec mon repas de midi, une simple salade.

NB : faut croire que c’est toujours pas ça, vu que Tastespotting m’a encore basé sur la composition. Je commence à les détester à me dire que, vu leur exigence, je n’intégrerai jamais la communauté des foodistas. Heureusement, il y a aussi Foodgawker et Cuisicook - enfin, à condition que mes photos et recettes soient acceptées. Tssss…

Salade de haricots blancs et fêta

SALADE DE HARICOTS BLANCS & FETA

Pour 2 personnes

  • 1 boîte de Fagioli bianchi di Spagna (ce sont de gros haricots blancs, vendus dans les épiceries fines italiennes)
  • 1 demi oignon rouge
  • Une petite dizaine de tomates cerise
  • Une dizaine d’olive noires
  • 1 petit piment rouge
  • 1 poignée de persil plat
  • 1 1/2 cuillère à soupe d’huile d’olive
  • 1 1/2 cuillère à soupe de vinaigre de vin rouge
  • fleur de sel
  • poivre
  • Un peu de feta à émietter avant de servir

matériel : une planche à découper, un couteau.

Commencez par le plus évident : égoutter les haricots blancs. Faites ça délicatement pour ne pas les écrabouiller. Mettez les dans un plat.

Ajoutez-y l’oignon émincé en minuscules dés, les tomates cerises coupées en deux, les olives noires (si elles ont encore leurs noyaux, coupez tout autour et jetez-le), le petit piment finement émincé, le persil plat délicatement ciselé et salez-poivrez. Remuez délicatement, toujours dans l’intention de ne pas écraser les haricots, puis assaisonnez avec l’huile et le vinaigre. Remuez à nouveau.

Saupoudrez de feta et dégustez (vous pouvez essayer également cette recette avec de la ricotta).

* * *

I’v bought a magic camera that turns everything into a beauty.

Offended by the usual Tastespotting's refusals because of bad lightning or poor composition, I decided to blame my good ol'iPhone which, despite its many apps, doesn't catch light so good and doesn't report properly the natural glam of food. Instead of admitting that “ok, I'm not a professional food stylist nor cook and, hey, i'm a newcomer in food blogging”, I entered the nearest electronics shop and bought a G12, still very upset but highly stimulated by the photographic challenge. 

Well, to tell you the truth, it changes everything. I just press the button of the Canon, automatic mode, and bingo, it’s good-looking..!  So now it’s gonna be showtime - even for very simple dishes. Just take a look at my lunch today, simple salad but great pictures. 

NB : I start to believe that I’ll never be a part of the foodista galaxy as Tastespotting turn me down again - based on my composition. I think I hate them now it’s a very long way to please both the eye & the palate. Luckily, I can still try Foodgawker and Cuisicook - well, as long as they do accept my recipes & pictures. Pfffff… 

salade de haricots blancs et feta

WHITE BEANS & FETA SALAD

Serves 2 persons

  • 1 Fagioli bianchi di Spagna tin (these are big white beans, sold in italian grocery stores)
  • half a red onion 
  • a small dozen of cherry tomatoes 
  • a small dozen of black olives 
  • a small red chilli 
  • a handful of flat parsley
  • 1 1/2 tbsp olive oil
  • 1 1/2 tbsp red wine vinegar
  • salt & pepper
  • some feta to crumble before serving  

you’ll need : a cutting board, a knife.

Start by the most obvious : drain the white beans. Do this delicately so you don’t mush them. Put in a dish. 

Add the very thinly diced red onion, cherry tomatoes cut in half, black olives (de-stoned or cut around the stone if needed), thinly minced red chilli, chopped parsley and finally salt/pepper. Stir delicately, you really don’t want to get a purée out of your salad, then season with oil & vinegar. Stir again.  

Sprinkle with crumbled feta et voilà ! (You can also try this with ricotta instead)

salade de haricots blancs et fêta (close up)